jeudi 7 juillet 2011

Les origines de l’ISR sont le fruit d’un long combat





















Les origines de l’investissement socialement responsable (ISR) reflètent l’importance des communautés religieuses, une influence qui existe encore pour les adeptes de l’exclusion des sin stocks. Elles reflètent aussi l’histoire de grands mouvements sociaux et les difficultés de participer aux débats, les promoteurs du changement ayant souvent été considérés comme des marginaux et des agitateurs.
Ce premier chapitre part de communautés religieuses anglo-saxonnes pour s’arrêter au milieu des années 1970. De nombreuses vidéos apportent des images intéressantes et des informations complémentaires.


• 1703 : Naissance de John Wesley (en portrait ci-dessus), fondateur de l’Eglise méthodiste. Il condamne l’accumulation de richesses résultant de certaines activités qualifiées de malsaines. Pour lui, l’utilisation de l’argent à des fins éthiques constituait un pilier du Nouveau Testament. Il s’est souvent attiré la moquerie de ses contemporains par ce qu’il refusait de porter une perruque. Dans son sermon, “The use of money”, John Wesley, qui soutient les organisations de tempérance, dénonce les dangers de l’alcool et initie les paramètres de l’investissement social. L’investisseur doit éviter que le business puisse nuire au voisinage, à la communauté ou à l’environnement
La dernière lettre qu'il eut la force d'écrire le 24 février 1791, une semaine avant sa mort, fut un message d'encouragement pour le combat de son ami et fils spirituel William Wilberforce (1759-1833), philanthrope et membre du Parlement britannique vigoureusement engagé sur le plan politique pour l'abolition de l'esclavage. Cinq mois avant sa mort également, Wesley écrivit son dernier sermon rédigé : « Le Danger d'accroître ses richesses »:

"Employons notre âme, notre corps, nos biens, selon la volonté du Maître. Après avoir gagné et économisé tout ce que vous pouvez, ne dépensez pas une livre sterling, pas un penny, pour satisfaire ce qui ne sert ni ne glorifie Dieu. Donnez tout que vous pouvez (...) Quand vous l'aurez fait, vous pourrez dire : je puis maintenant mourir en paix."

• Dès le XVIIème siècle, les Quakers se distinguent de leurs contemporains par une vie ascétique. Les membres très industrieux de cette communauté protestante, née en Angleterre, se sont retrouvés au XIXème siècle à la tête des principales industries du pays : Barclays (ex Backhouse’s Bank), Lloyds, Price Waterhouse, Cadbury, Fry’s and Rowntree. Selon un ouvrage paru aux Editions Eyrolles, « cohérents avec leurs principes et leur foi jusque dans les moindres détails de leur vie quotidienne, ils développèrent un réel savoir-faire dans la production de biens de première nécessité et portèrent une attention particulière à l’apprentissage ainsi qu’à la sécurité et l’hygiène au travail, notamment dans l’industrie chimique. » Ils réinvestissent toutes leurs richesses dans leur outil de travail.
Une fois installés à Philadelphie, ils refusèrent systématiquement de profiter de l’industrie de la guerre, une thématique qui allait marquer l’histoire de la finance éthique. En 1758, au Quaker Philadelphia Yearly Meeting, ils renoncèrent au commerce d’êtres humains bien avant l’abolition de l’esclavage, qui ne date que de 1865. http://youtu.be/aFApeJIUTiY

En Angleterre, William Penn a été emprisonné plusieurs fois, et l'accès au Parlement fut interdit aux quakers de 1698 à 1833. Exclus des débats et des carrières politiques en raison de leur religion, les Quakers consacrèrent leur fortune à promouvoir les changements sociaux, comme l’amélioration des conditions de vie en prison, l’éducation et la salubrité du développement urbain. Outre l’exclusion des activités humaines pécheresses, pour les Quakers, il s’agissait d’être cohérent : l’intégrité de leurs investissements devait d’être le reflet de leur discipline personnelle.

• Au XIXème, des trusts émergent comme ATT ou US Steel. Ces titans, possédés par les Barons voleurs, bousculent les règles du jeu social à leur unique profit. Certains observateurs de cette époque évoquent la cruauté des rapports sociaux, du fait du pouvoir quasi illimité que ces géants des affaires concentrent entre leurs mains. Leurs excès vont susciter des réactions.

• Sous l’impulsion de Théodore Roosevelt, président de 1901 à 1909, les Etats-Unis s’engagent dans une vague de réformes sociales. Les historiens ont baptisé cette période qui va de 1890 à 1917 « Age of Reform».



• En 1902, le Biologics Control Act entre en vigueur après des cas de diphtérie liée à des antitoxines, collectées chez un cheval dénommé Jim, qui avait contracté le tétanos, provoquant plusieurs décès.

• Ida Minerva Tarbell, née en 1857 et morte en 1944 est une pédagogue, femme de lettres et journaliste d’enquête américaine (muckrakers). Elle devint célèbre grâce à un ouvrage paru en 1904, L’Histoire de la Standard Oil Company. Selon Wikipedia, cet ouvrage figurait encore au cinquième rang en 1999 dans la liste publiée par le New York Times des cent ouvrages les plus marquants du journalisme du XXème siècle.

• 1904: Dans « Die protestantische Ethik und der Geist des Kapitalismus" (L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme), Max Weber voit d’un œil positif l’éthique protestante, qui favorise l’essor du capitalisme moderne. Elle facilite selon lui l’essor des entreprises ainsi que le développement harmonieux de la communauté dans son ensemble.

• En juin 1906, le président Théodore Roosevelt signe la Food and Drug Act, également appelée "Wiley Act". Cette loi répond aux inquiétudes de l'opinion publique. Il s’agissait avec ce type de réformes de réguler l’essor des entreprises géantes issues de la révolution industrielle (acier, automobile, mines, rail) et de protéger la société. Cette décision s’inscrit dans la foulée du journalisme d’investigation de l’ère progressiste, avec des reporters comme Upton Sinclair, qui a débouché sur un nombre croissant de mesures de régulations fédérales.

• Le 4 décembre 1908, le Federal Council of Churches, Conseil fédéral des églises, adopte le Social Creed for Churches, le credo social des églises, comme la réglementation des conditions de travail des femmes, dans le but de sauvegarder la santé physique et morale de la communauté ; un salaire minimum décent dans toutes les industries, et pour le salaire le plus élevé possible ; le principe de conciliation et d’arbitrage dans les conflits dans l’industrie ; un partage des produits et des profits industriels aussi équitable que possible.


Toward a NEW Social Awakening, The Social Creed - Presbyterian Church USA, Advisory Committee on Social Witness Policy from Patrick Heery on Vimeo.


• 1919 : les États signataires du Traité de Versailles créent l'Organisation internationale du Travail (OIT). Elle recevra le Prix Nobel de la Paix en 1969.



• Le premier fonds socialement responsable, nommé Pionner Fund, a été lancé en 1928 par l’église évangéliste d’Amérique et refusait d’investir dans des « sin stocks » (alcool, tabac, jeu et pornographie).

• 24 Octobre 1929 : Jeudi Noir à Wall Street, suivi de la Grande Dépression.

• 1946 : Le préambule de la Constitution française pose le principe de l'égalité des droits entre hommes et femmes.

• Dès 1948, James Peck acquit des actions de la compagnie de transport Greyhound afin de débattre de la question de la ségrégation dans les autobus du sud des Etats-Unis. A la même époque, Wilma Soss, fondatrice de « Federation of Women Shareholders” pointait du doigt la représentation des femmes dans le conseil d’administration d’US Steel.

• Le concept de RSE serait apparu dans les années 1960 dans la littérature consacrée aux entreprises (Social Responsabilities of the Businessman de H. Bowen en 1953, et The Responsible Corporation par G Goyder en 1961)

• Après les émeutes du ghetto noir de Rochester dans l’État de New York, qui causèrent plusieurs morts et virent l’intervention de la Garde Nationale, la firme américaine Eastman Kodak, principal employeur local, a été attaquée en 1965 sur sa politique d’embauche discriminatoire par Freedom Integration God Honor Today (FIGHT).
Ce mouvement a été animé par le sociologue Saul Alinsky, pionnier du métier d’animateur social. En 1964, à l’origine des amis de FIGHT se trouvait également un groupe de réflexion initié par le révérend Paul Long de la Third Presbyterian Church.
Le biographe Sanford Horwitt a écrit que le Président Barack Obama avait marché dans ses traces. En 1969, Alinsky fut récompense de la Pacem in Terris Peace and Freedom Award, un Prix inspire d’une Encyclique de Jean XXIII.

• Modification réglementaires contre la discrimination aux Etats-Unis: Civil Rights Act en 1964 et Voting Rights Acts en 1965.

• Face aux besoins des communautés les plus démunies et dans la mouvance des Droits Civiques aux États-Unis, l’église Presbyterian a décidé en 1968 d’orienter 30 % de ses investissements vers des projets appelés community-investment projects qualifiés pourtant de « risques élevés et faibles retours ».


• En 1969, Ralph Nader mobilise les consommateurs. Il attaque General Motors sur la sécurité de ses produits. A la suite de diverses péripéties, les autorités boursières de la SEC donne leur accord pour inscrire deux des neuf résolutions demandées par Nader pour le scrutin de l’assemblée générale d’actionnaires. Les préoccupations de Nader concernaient notamment les opportunités d’embauche des minorités, leur représentation au conseil d’Administration et le droit des consommateurs.

• Les églises et autres groupes religieux reconnaissent l’importance de l’action de Nader et fondent l’Interfaith Center on Corporate Responsability, Centre œcuménique sur la responsabilité des entreprises (ICCR). Depuis cette date, l’IRRC n’a cessé de déposer des cascades de résolutions aux assemblées générales. Leur action a été décisive pour le retrait des investisseurs américains d’Afrique du Sud. Depuis lors, le Centre se préoccupe aussi de la protection de l’environnement (principes du CERES).




• En 1969, Alice Tepper Marlin, analyste financière à Boston, fonde le Council on Economic Priorities (CEP) qui fournit aux investisseurs une information détaillée à propos de la performance sociale des entreprises. Elle compile de multiples informations pour bâtir un « Peace Portfolio ».
En 1997, Alice Tepper Marlib et le CEP fonderont l’organisation non lucrative Social Accountability International (SAI), qui a contribué à la définition de la norme SA8000, à la lutte contre la corruption et à l’amélioration des conditions de travail dans la filière textile.



• Mai 1969 : Mémoire d'Hillary Clinton sur "le modèle Alinsky"

• Fin des années 60 : premières résolutions aux Etats-Unis par des groupes religieux et des organisations étudiantes contre la guerre du Vietnam, puis contre l’apartheid.

Milton Friedman publie un article critique “The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits” dans le NewYork Times Magazine du 13 septembre 1970. Pour lui, dans un système de libre entreprise et de propriété privée, le chef d’entreprise est l’employé de ses actionnaires. Sa responsabilité est de gérer la firme selon le souhait de ceux-ci, c’est-à-dire de gagner le plus d’argent possible tout en se conformant aux règles de base de la société, inscrites dans la loi ou les usages courants en matière éthique. Quand, animées par un élan de bienveillance, les entreprises tentent d’assumer des responsabilités supplémentaires, il en résulte en général selon Milton Friedman plus de mal que de bien. Il qualifie de socialiste le concept de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE).



• Décembre 1970 : création de l’EPA (United States Environmental Protection Agency). Cette création avait été précédée le 22 avril par le premier Earth Day (vidéo) : http://youtu.be/5v_2nTvAcSU



• En 1971, The US Episcopal Church dépose une résolution à l’AG de General Motors. Deux ans plus tard, c’est la création de l’Interfaith Center on Corporate Responsibility (ICCR), qui comprend 300 fonds protestants, catholiques et juifs, représentant 100 milliards de dollars d’actifs sous gestion. http://www.iccr.org/

• Le révérend baptiste Sullivan, ardent défenseur de l’embauche des Afro-Américains et pourfendeur de l’Apartheid, est élu au conseil d’administration de General Motors en 1971. Une première dans une multinationale aussi importante.



• Le premier véritable mutual fund socialement responsable est le Pax Fund, créé en 1971. Accessible aux investisseurs particuliers, ce fonds refusait d’investir à l’origine dans les entreprises liées à l’armement (guerre du Vietnam). Un autre filtre suivra en excluant les valeurs liées à l’Afrique du Sud.

• 1972 : Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) est créé à l’issue de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain

• 1973 : Adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES, Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora)

• 1973 : La ShoreBank installe son siège social in South Shore dans la banlieue de Chicago.
Plus tard, en 1992, Bill Clinton donnera un coup d’accélérateur aux banques de proximité Community Development Financial Institutions, qui lutte contre les inégalités. Ces institutions permettent aux investisseurs d’employer leur argent de manière positive. Une loi fédérale est votée en juillet 1993 qui donnera ensuite naissance au Community Development Financial Institutions Fund,

• 1976 : Année de l’adoption initiale des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales (les Principes directeurs) dans le cadre de la Déclaration sur l’investissement international et les entreprises multinationales.

Lire la suite de cette chronologie :

Partie 2/3 :
1970- 2006 : L’investissement socialement responsable (ISR) se structure


Partie 3/3 : 
Des Principes pour l'Investissement Responsable (2006) à Fukushima
 


Pour aller plus loin :
Un chapitre d’un livre, qui présente une bonne synthèse
http://www.editions-eyrolles.com/Chapitres/9782708125773/chap1.pdf?xd=6c32fe934fc8da98e4f3d6b7dd69867b
The Use of Money By John Wesley Sermon 50
http://new.gbgm-umc.org/umhistory/wesley/sermons/50/

Quakers and the Underground Railroad
http://www.suite101.com/content/quakers-and-the-underground-railroad-a91406

Mémoire d'Hillary Clinton sur "le modèle Alinsky" 05.1969
http://www.desirsdavenir.org/les-fiches-de-lecture/etats-unis-damerique/981-memoire-dhillary-clinton-sur-qle-modele-alinskyq.html

« L’engagement actionnarial : principes, enjeux et limites ». Vanessa Serret. Maître de conférences, Université de Bretagne Sud. Disponible sur
http://www.lux-ias.lu/PDF/Serret.pdf.

Livre : Investing with your conscience: how to achieve high returns using socially ...Par John C. Harrington. Voir un extrait.
http://books.google.fr/books?id=JzcfaIbbEQ4C&pg=PA6&lpg=PA6&dq=%22presbyterian+church%22+%22Freedom+Integration+God+Honor+Today%22&source=bl&ots=ScP4Drjb4Z&sig=7pRyfR5FHDk_7qs4H4ZA6sjZJO8&hl=fr&ei=FqMETp21DMej8QO5sK3jDQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CCsQ6AEwAA#v=onepage&q=%22presbyterian%20church%22%20%22Freedom%20Integration%20God%20Honor%20Today%22&f=false
Eric Loiselet, associé du cabinet Terra Nova Conseil et cofondateur du Forum pour l'investissement responsable. « Investissement socialement responsable : l'âge de la diffusion »
http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LECO_018_0062

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire