jeudi 16 novembre 2017

Il n’y a pas un euro de perdu aux Restos du Cœur

En France, 8,8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, soit plus d’une personne sur sept. En 2016-2017, ce sont près de 136 millions de repas qui ont été distribués par les Restos du Cœur, à près de 900.000 personnes en hiver et à plus de 400.000 durant l’été 2016. 

L’association, qui clos ses comptes en avril, vient de publier son rapport annuel. Il est très détaillé et montre que les Restos du Cœur font preuve d’un grand professionnalisme. Ils sont en contact avec de multiples parties prenantes. 

Ce qui en ressort, c’est que les deniers qu’elle reçoit sont bien utilisés. 

Voici quelques chiffres tirés de son budget, qui montrent la diversité de ses actions ainsi qu’une gestion au cordeau. Néanmoins, comme Sisyphe, les Restos du Cœur doivent sans cesse faire appel aux donateurs, car les besoins sont chroniques. 

1 / Des ressources diversifiées

Elle mobilise autour d’elle des milliers de bénévoles, des artistes, des salariés du secteur privé, mais aussi les pouvoirs publics en France et en Europe.



2 / Des donateurs fidèles aux rendez-vous. 

 Les attentats du 13 novembre 2015 ont entraîné une baisse ponctuelle des dons, et les legs, par définition irréguliers, ont fortement reculé. Le dernier exercice marque néanmoins une amélioration. Les Français savent se mobiliser. C’est la magie Coluche.



3/ L'importance des Enfoirés 

Depuis 2010, la baisse du produit des Enfoirés a été compensée par d’autres ressources.



Les dons et les Enfoirés permettent aux Restos du Cœur de maîtriser une partie importante de leur budget. L’argent collecté par l’association couvre plus de 100% des missions sociales. Il permet notamment de couvrir des frais annexes, comme ceux de la recherche de fonds et ceux de fonctionnement.

En 2015-2016, aucune opération exceptionnelle n’a été réalisée avec Les Enfoirés (Coffret les « Enfoirés en Chœur » l’an passé). Hors opération exceptionnelle, les recettes des Enfoirés sont en hausse cette année du fait de l’organisation des concerts à Paris (Accorhotels Arena).

Par contre, en 2016-17, les concerts se sont déroulés au Zénith de Toulouse ont généré moins de recettes billetterie (jauge moins importante que l’AccorHotels Arena de Paris). Et, les mises en bacs des CD et DVD ont été réduites de 19% par rapport à celles de 2016.

 4/ le mécénat progresse 

Les autres fonds privés incluent les mécénats ayant donné lieu à convention, les partenariats avec les entreprises et de façon générale toutes les subventions versées par des organismes privés.

Les ressources financières correspondent à 50% à des opérations de parrainage avec une visibilité grand public et à 23% à du financement dédié sur des projets (23%). De son côté, l’association dit effectuer « un suivi scrupuleux de la communication de ses partenaires dans le respect de ses règles et par ailleurs d’un travail de reporting des projets financés. »



 Par ailleurs, le mécénat de compétences progresse rapidement, dans un environnement de fort développement au sein des entreprises.

Les entreprises contribuent aussi à 7,7 M€ en contributions en nature.

5 / Les fonds collectés sont très largement consacrés aux missions sociales. 

La distribution alimentaire demeure sa mission principale, même si l’accompagnement au retour à l’emploi monte en puissance.

Le soutien à la recherche d’emploi est actif dans 49 associations départementales et 312 centres. Il y a un an 426 bénévoles étaient dédiés à cette mission. Il s’agit à parts égales d’un accompagnement global vers l’emploi et d’une action plus basique d’affichage d’offres et d’aide au CV.

Pour encore mieux répondre aux besoins de ce public, composé d’une majorité de demandeurs d’emploi, les Restos veulent amplifier le déploiement de cette action et les recherches de partenariat avec les entreprises.

A ce sujet, la mise en œuvre de la formation aux métiers de la boucherie menée avec Carrefour dans le cadre des Tremplins du Cœur constitue une très belle initiative à essaimer.




6/ Les frais de collecte sont faibles 

L’association bénéficie d’une forte notoriété. Le pourcentage des frais généraux (frais de recherche de fonds, frais de fonctionnement et de communication) reste très faible par rapport au montant total des ressources.

Il ne s’élève ainsi qu’à 7,5 % contre 7,3% l’année dernière. Un chiffre rendu aussi possible par le travail considérable des bénévoles.

7/ L’apport précieux des bénévoles 

Ils sont toujours plus nombreux. Le nombre d’heures de bénévolat a été déterminé sur la base de l’approche statistique développée depuis 2011-2012. La valorisation des heures, effectuée sur la base d’un SMIC au 30 avril 2017 (charges sociales incluses), représente 210 millions d’euros.

Sans leurs efforts, l’association n’aurait jamais pu avoir un effet levier permettant de multiplier par 6 l’argent public confié aux Restos. Grâce à eux, la Collecte Nationale, qui mobilise 72 000 bénévoles dans 6.630 magasins, rapporte de plus en plus de tonnage.

Progressivement, l’association progresse d’ailleurs vers un quasi équilibre en tonnage entre ce qui est acheté et ce qui est donné.

8/ Des comptes prudents 

Les fonds associatifs et les réserves s’élèvent à 145 millions d’euros à fin avril 2017.

Ils comprennent le résultat de l’exercice, d’un montant de 13,2 millions d’euros. Ils atteignent au 30.04.2017 un niveau équivalent à 10 mois de fonctionnement des Restos du Cœur, ce qui se justifie dans un contexte d’incertitude sur l’évolution des ressources et notamment des aides et concours de l’État et de l’Union Européenne.

De plus, Les Restaurants du Cœur ont obtenu en octobre dernier le Label IDEAS, qui atteste de la qualité de la gouvernance, de la gestion financière et du suivi de l’efficacité de l’action de cette association. L’obtention de ce label n’est pas une surprise. Néanmoins, dans une période où pullulent le fake news, c’est incontestablement un vecteur de confiance supplémentaire.

Pour Patrice Blanc, Président d’IDEAS, « Les Restos du Cœur ont toujours été attachés à la plus grande transparence de leurs actions dans le respect de leurs missions sociales. Un regard extérieur fondé sur des critères objectifs comme ceux mis en place par IDEAS est appréciable pour garantir la qualité de la gouvernance. L'efficacité des actions conduites peut ainsi apparaître en toute indépendance aux yeux des donateurs, des mécènes et partenaires » L’association fondée par Coluche est bien gérée. Elle commence sa campagne hivernale le 21 novembre prochain.

Site des Restos : https://www.restosducoeur.org

Pour aller plus loin :


Mars 2017 : Combien rapportent les enfoirés ?
http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/les-enfoires-que-rapportent-ils-aux-restos-du-coeur-_d49b4734-ff68-11e6-9e12-eb6cf6f35910/

2015 : Les Restos du Cœur ne peuvent pas se passer des Enfoirés
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2015/03/les-restos-du-cur-ont-besoin-des.html 

  fin

jeudi 26 octobre 2017

Numéro Une : les tribulations d’une cadre dirigeante dans un milieu machiste

Un film est sorti en salle en octobre, qui mérite le déplacement. Il raconte l’ascension d’une femme brillante dans une société évoluant dans la fabrication d’éolienne. 

Alors qu’elle a accédé au comité exécutif, elle est repérée par un réseau de femmes, qui lui propose un contrat en marge du Women Forum à Deauville. 

Ces femmes lui promettent un soutien total pour l’aider à accéder à la tête d’un géant du CAC 40, à condition, par la suite, qu’elle soutienne publiquement la cause des femmes, bloquées par le plafond de verre. Elle est peu à peu séduite par l’idée et se lance dans la bataille malgré une opposition violente de ses adversaires et des doutes dans son entourage familial. 

Numéro Une montre les périls qui se dressent sur la route des femmes pour accéder aux plus hautes fonctions, là où les hommes se cooptent dans les allées du pouvoir, y compris dans des clubs de sport très huppés. Alors que l’égalité homme-femme se transforme ici en chemin de croix, les militantes sont considérées par les hommes comme des furies, qu'ils ignorent au départ, un peu moqueurs, avant de sortir l’artillerie lourde.

L’héroïne croisera sur sa route Jean Beaumel (Richard Berry), parfait de charme et de cynisme, prêt à tout pour rester aux manettes.

Ce film a été réalisé par Tonie Marshall, née en 1951, qui est la seule femme à avoir reçu le César du meilleur réalisateur.


Pour préparer ce sujet, elle a demandé à la journaliste Raphaëlle Bacqué de l'introduire auprès de femmes qui ont des postes très importants dans le monde des affaires.

 Alors que la thématique du film a effrayé certains bailleurs de fonds, Axa et Coca Cola sont arrivés en cours de production, ce qui a permis de boucler le financement de la production. Pour la réalisatrice, leur intégration dans le cadre d'un partenariat avait du sens, car ces deux groupes veulent vraiment que les femmes montent en entreprise, qu'elles ne s'arrêtent pas après le premier enfant.

C’est vrai qu’il y a quelques années, j’avais rédigé un article pour l’Argus de l’assurance sur la hausse programmée des salaires des femmes chez Axa France, pour les hisser au même niveau que les hommes, à poste équivalent. Certains traits du film sont en effet validés par les constats remontant des entreprises, où les femmes compétentes, voire ambitieuses, sont observées comme des bêtes curieuses ou des potiches, dont il faut le cas échéant encadrer les aspirations.

Si les hommes ont tendance à laisser certains domaines aux femmes, comme la Com et les RH, les femmes doutent parfois de leurs capacités.

Heureusement, la réalité a commencé à dépasser la fiction. En 2016, trois femmes ont atteint les postes suprêmes : Élisabeth Badinter, présidente du conseil de surveillance de Publicis, Sophie Bellon, présidente du conseil d'administration de Sodexo et Isabelle Kocher, nommée mardi directrice générale d'Engie.

Selon la CEO de Selency, Charlotte Cadé, cité récemment par Forbes, a bien remarqué des différences d’attitudes chez les candidats, lorsqu’elle recrute : « les hommes postulent quand ils possèdent environ 60 % des compétences demandées, tandis que les femmes ne postulent pas sans avoir 90 à 95% des compétences requises. »

Pour elle, la gent féminine a besoin de modèles féminins afin de se lancer et de ne pas laisser s’échapper certaines opportunités. Bon à savoir, plus de 1.070 femmes ont rejoint le groupe Facebook Osez Entreprendre au Féminin Toulouse. Sur le web et IRL, les membres de ce club réseautent : elles échangent des conseils et bons plans, apprennent des expériences de chacune... et se rencontrent !

  A ce titre, Journée Osez Entreprendre au Féminin organise le mardi 5 décembre prochain à Toulouse une journée d’échange, l’occasion de dépasser le virtuel pour établir un lien « one to one ».

Pour aller plus loin :

Le point de vue d’une “working mum” quadra blogueuse sur l’apport de film à l’égalité homme femme. L’auteure de ce blog décrit bien en particulier le sexisme ambiant, qui est protéiforme dans le film.

https://egalimere.fr/2017/10/numero-une-fim-de-tonie-marshall.html 

Site de l’association
https://osez-entreprendre-au-feminin.com

 

FinanCités soutient « J’organise mon mariage » pour leur plus grand bonheur
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2010/11/financites-soutient-jorganise-mon.html

Les hauts et les bas d’HP sur le chemin de la citoyenneté
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2009/10/les-hauts-et-les-bas-dhp-sur-le-chemin.html

Women’Forum
http://www.womens-forum.com/

samedi 14 octobre 2017

Les propriétés de Trump doivent-elles être assurées contre les inondations ?


Une des propriétés les plus connues de Donald Trump, le complexe Mar-a-Lago, se situe en Floride en zone inondable, en particulier en cas d’ouragans. 

Alors que le Président des Etats-Unis soit climato-sceptique, certaines voix s’opposent outre-atlantique à ce que ses biens très exposés bénéficient du National Flood Insurance Program (NFIP).

Selon le Huffington Post, Ce programme intervient en particulier dans les zones où les assureurs privés ne veulent plus prendre de risque. Le club Mar-a-Lago paye une prime au NFIP, qui tient compte qu’il se situe dans une zone à haut risque.

Ce programme en Floride est critiqué car il bénéficie en bord de mer à une population très aisée, bien que la probabilité d’un sinistre soit forte. Mais, c’est aussi une population influente.

Pour le Républicain Earl Blumenauer (D-Ore), il est indécent que Donald Trump, qui dénie l’existence du changement climatique, bénéficie des largesses de fonds publics.
Mais, son projet d’interdire d’assurer les biens de Donald Trump, Prohibiting Aid for Recipients Ignoring Science, n’est pas passé.

Selon Associated Press, Mar-a-Lago a déjà encaissé la réparation de sinistres à hauteur de 17 millions de dollars en 2005, après le passage de plusieurs tempêtes, sans pour autant reconstruire la totalité de ce qui avait été détruit.

De plus, d’ici 30 ans, Mar-a-Lago pourrait être sous l’eau pendant une partie de l’année en raison de la montée des océans. Pour Earl Blumenauer, il faut arrêter de construire dans les zones à risque. Earl Blumenauer fait aussi partie du bipartisan Climate Solutions Caucus, qui regroupe 26 Démocrates et 26 Républicains à la Chambre des Représentants.

Ce groupe a été créé en février 2016 par Carlos Curbelo et Ted Deutch.




Autres post sur les Etats-Unis 

USA : les minorités peuvent-elles accéder à la propriété ?
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2016/01/usa-les-minorites-peuvent-elles-acceder.html 

 USA : le cannabis, une mine d'or  ?
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2015/04/usa-le-cannabis-sera-t-il-le-prochain.html

mardi 29 août 2017

Trouvez l’événement Handivoile près de chez vous





Handivoile est une journée pendant laquelle des bénévoles, leur famille et leurs amis accompagnent des personnes handicapées sur de nombreuses bases nautiques en France. 

Ils y font de la voile mais aussi de l’aviron ainsi que de nombreuses autres activités sportives proposées par les différentes bases : course d’orientation, percussion, golf, poney, fléchettes, etc. 

Les personnes en situation de handicap y participent activement. Outre la fait de passer une bonne journée, quel que soit son âge, cette initiative qui prend de l'ampleur permet aussi de  faire reculer les préjugés, si besoin. 



Environ 30 bases nautiques participent à l’événement, ainsi qu'une base en Bulgarie et en Belgique.

3.500 participants sont attendus cette année.

Le lieu des prochaines fêtes nautiques est indiqué sur leur site internet, en général le samedi 16 septembre 2017. 

Les Franciliens ont le choix. Il y a par exemple : Sèvres (le 9/9) et le 16/9 : Cergy, Moissons, Bois le Roi, L’Ile Monsieur, Plan d’eau du Canada à Beauvais, Enghien, Jablines, Port aux Cerises



Né en 2002 de manière informelle, Handivoile prend la forme d'une association en juin 2010. C'est Philippe Coquereau qui en est l'initiateur. Il a exercé plusieurs métiers dans différents pays. Puis il est devenu expert-comptable et commissaire aux comptes.

L'idée de Handivoile est venue un peu par hasard.

Il a en effet découvert que la base nautique de la CCIP de Paris, à Choisy-le-Roi, organisait des challenges de voile pour les entreprises. En se rendant sur place, il voit que la base est équipée de "mini J", des bateaux pour une personne équipés avec un volant ou un palonnier pour guider le voilier. Ces bateaux étaient équipés pour des personnes en situation de handicap moteur... mais personne ne le savait.

Philippe propose alors d'organiser une opération pour les personnes en situation de handicap. La première année, ils n'ont été que 4 mais leur joie a vite été contagieuse.

L’association a des sponsors comme le Rotary, la Française des Jeux, La Société des membres de la Légion d'Honneur (L'Honneur en action), la CCI Paris ou Jaguar.

https://www.handivoile.com 

dimanche 7 mai 2017

Power:On apporte la lumière dans des villages africains

Depuis 2015, la startup Power:On permet aux 3.000 habitants d’Igbéré, un village reculé du Bénin, d’accéder à l’électricité à un prix raisonnable. Power:On prépare une campagne de financement participatif pour changer d’échelle et équiper d’autres villages, trop isolés pour avoir accès au réseau national. 
Pour donner un coup d’accélérateur à cette belle initiative, l’actrice Eva Green a prêté sa voix au court métrage qui accompagne le lancement de la campagne.

Les questions de l’énergie et de l’Afrique ont été peu approfondies durant la campagne électorale. Pourtant, nombre de personnes frappées par la précarité énergétique serait près de 10 millions en France, avec un impact brutal sur la vie quotidienne : absence de chauffage, budget réduit, surendettement, maladies, conditions sanitaires insalubres, et même décès au domicile.

Le problème de l’accès à l’énergie est aussi critique dans le reste du monde, notamment en Afrique. L’Afrique dispose pourtant de ressources énergétiques inépuisables, à la fois fossiles et renouvelables. Vous voyez sur la photo satellite ci-après un énorme trou noir. C’est le continent africain, qui est aveugle la nuit.



Quelques données :

  • Plus de la moitié de ses habitants n’ont pas accès à l’électricité, soit 621 millions de personnes, selon l’Africa Progress Panel, le cercle de réflexion de l’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan. 
  • Dans la partie subsaharienne, seulement 30 % des habitants sont connectés au réseau électrique contre presque la totalité des habitants au Maghreb. 
  • Un Africain (hors Afrique du Sud) ne consomme en moyenne que 162 kWh par an contre 7 000 kWh pour les autres Terriens. 
  • D’après le Monde, Malgré une population 25X supérieures, la consommation électrique de toute l’Afrique est inférieure à celle de l’Espagne. 
  • Pour encore noircir ce tableau, une habitante du nord du Nigeria doit débourser, par kWh, 60 à 80 fois plus qu’une Londonienne ou une New-Yorkaise (double peine). 

Diplômé d’HEC, Tristan Kochoyan a fondé une start-up, qui a mené à bien l’électrification d’un village du Bénin. Le business-model a fait ses preuves et ne demande plus qu’à être dupliqué.



La révolution du solaire est une idée qui progresse. Elle a commencé au Kenya en 2010 avec M-Kopa Solar et ses kits solaires. Le modèle économique de ce dernier repose sur un paiement mensualisé par mobile. Il obtient, un très fort taux de recouvrement.

Le court métrage qui suit est destiné à faire connaître les projets de Power:On a au grand public. Il a déjà été partagé par de grandes stars du cinéma, notamment Samuel L. Jackson et Mads Mikkelsen.

Le film a été réalisé par Antoine Brétillard, qui a notamment travaillé avec Mélanie Laurent sur le film Demain, César du meilleur documentaire l’an dernier.

Il dure 7 minutes

 

Vous pouvez soutenir l’initiative de Tristan en rejoignant sa communauté au lien suivant :

https://www.turnthepoweron.co/

L’idée est de recueillir une masse critique de supporters pour lancer une opération de crowdfunding.




Pour aller plus loin : 

2014 : L’effet contagieux d’une poignée d’étudiants en Afrique 
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2014/03/leffet-contagieux-dune-poignee.html 

 2011 : La révolution numérique offre de nouvelles perspectives à l’Afrique 
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2011/02/la-revolution-numerique-offre-de.html 

2010 :Care participe à la scolarisation des jeunes marocaines grâce à l'eau courante dans les écoles
  http://ong-entreprise.blogspot.fr/2010/03/long-care-participe-la-scolarisation.

Article du Monde
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/07/traversee-d-une-afrique-bientot-electrique_5026791_3212.html

  Fin