mardi 24 janvier 2017

Nutrition : Antenna France veut apporter la spiruline au plus grand nombre


Créée en 2002, Antenna France lutte contre la malnutrition et l’extrême pauvreté. Malgré un petit budget, elle a implanté des fermes de spiruline, un complément alimentaire essentiel, au Laos, au Cambodge et en Afrique (Burkina Faso, Madagascar, Mali, Niger, RCA et Togo). Avec une approche social-business, Antenna France vise le transfert de compétences pour des solutions durables. 

Après avoir travaillé dans l’édition, Diane de Jouvencel est devenue Déléguée Générale de l’association en 2009. Elle a répondu à mes questions. 



Quel est le constat de départ ? 

Face au problème de la malnutrition, Denis von der Weid a eu l’idée de développer un programme nutritionnel dans les pays pauvres, basé sur un transfert de technologies. L’idée novatrice était le choix d’un modèle social-business, qui sorte de l’assistanat. Son choix a été de cultiver la spiruline. Cela s’est traduit en 1989 par la création d’une association à Genève, transformée ensuite en Fondation.

En effet, il faut savoir que dans ces années, lors des débats sur le droit à l’alimentation, des chercheurs ont découvert une peuplade vivant au bord du lac Tchad, en parfaite santé malgré des conditions de vie précaires. Le peuple Kanembou récolte la spiruline au bord du lac et l’a fait séchée dans le sable au soleil, avant de l’ajouter à son alimentation. Cette micro-algue pousse naturellement au bord du lac.

Quels sont les apports de la spiruline ? 

La spiruline offre un cocktail détonnant : 
  • Des protéines de bonne qualité, 
  • Des vitamines, notamment de la provitamine A, du Bêta-carotène, 
  • Du fer (anémie), 
  • D’autres minéraux (calcium, magnésium, phosphore, …), 
  • Du pigment bleu (Phycocyanine défense immunitaire), 
  • De l’acide gamma-linolénique, deuxième source naturelle après le lait maternel. 
 Mais, la spiruline ne contient pas de vitamine C.



A qui s’adresse la spiruline ? 

Ce qui est important, c’est la qualité de l’alimentation. La malnutrition chronique ne se voit pas toujours facilement. Certains enfants, nourris à base de riz ou de manioc, n’ont pas faim. Néanmoins, ils sont carencés, avec des répercussions au niveau du cerveau et de leurs conditions physiques.

Les chercheurs ont d’ailleurs mis en évidence très récemment le coût de la faim et de la malnutrition. Pour Madagascar et l’Ethiopie par exemple, cela se traduit par un manque de PIB de respectivement 14,5 et 16% (retard dans l’éducation, baisse de productivité, plus de maladies).

Quand Antenna France est-elle née ? 

Antenna France a été créée en 2002 avec quelques bénévoles et retraités. Grâce à l’aide d’un Directeur Technique, une première ferme est implantée dès 2003 en Afrique de l’Ouest.

Quelle est l’importance des fermes ? 

L’idée d’Antenna est d’implanter des fermes à proximité des enfants, qui en ont besoin. Ces fermes ont un coût d’environ 100.000€. Avec le soleil et la chaleur et quelques intrants que l’on trouve sur le marché local, l’algue pousse facilement. Elles créent des emplois locaux dans la production et la distribution. Il faut bien sûr former les personnes qui vont s’occuper des fermes, ainsi que ceux qui organisent la distribution.



Au Togo, où la ferme est depuis peu autonome techniquement et financièrement, nous ne nous versons plus de fonds. Outre la micro-algue, cette ferme élabore aussi un jus d’ananas avec spiruline. Une quinzaine d’emplois ont été créés, dont certains à mi-temps.

Quels sont vos critères pour intervenir ? 

Le critère le plus important est bien sûr le partenaire local qui va mettre en place la ferme de production et les réseaux de distribution. Le retour d’expériences a amené Antenna France à investir un peu sur des expertises marketing et commerciales étant donné que l’existence du marché commercial est LA condition du succès du projet.

Au final,
  • 2/3 de la production est vendue à la population locale 
  • ce qui permet de financer la distribution du dernier tiers dans des écoles, des pouponnières ou dans nos propres centres de distribution. Une fois la ferme en phase de production, nos meilleurs ambassadeurs sont les consommateurs de spiruline. 

Est-ce facile ? 

L’association s’est souvent heurtée à un obstacle majeur, à savoir le non soutien des grandes institutions et ONG, faute d’études cliniques de grande ampleur. Mais Antenna n’avait pas les budgets pour réaliser ces études ! Le manque de notoriété de la spiruline dans nos pays d’intervention a été un frein pour le développement commercial mais l’engouement aujourd’hui pour la spiruline dans les pays du Nord amène les élites et classes moyennes à vouloir en consommer.

Le succès des fermes dépend aussi de l’environnement du pays. En Centrafrique, nous allons aider nos partenaires à relancer la production, car les installations ont été endommagées par la guerre.

L’objectif d’Antenna France est l’autonomie totale de ses partenaires mais reste en contact avec eux en cas de problème et pour s’assurer de la distribution sociale.

Avez-vous besoin de pousser la spiruline ? 

Un travail de sensibilisation est effectué auprès des mères. La spiruline offre des résultats impressionnants sur la femme enceinte et allaitante. Nous recommandons sa prise pendant les 1.000 premiers jours de l’enfant, grossesse comprise, en particulier pour éviter la carence en fer. En effet, la malnutrition se passe souvent au moment du sevrage.

Quels sont vos projets à court terme ? 

Fort de nos observations, avec environ 10.000 enfants qui ont pu bénéficier chaque année de cures de spiruline dans nos 8-9 pays d’intervention, notre idée est de concentrer nos actions futures autour de quelques axes :
  • Renforcement de notre présence dans deux ou trois pays phares pour un impact plus important
  • Lancer avec des partenaires des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE) (ou en anglais Ready-to-Use Therapeutic Food, RUTF). Au Laos, des tests de barre de céréales contenant de la spiruline ont été menés, 
  • Intégrer la spiruline dans l’alimentation courante pour le bienfait de tous, 
  • Développer en parallèle des micro-jardins, 
  • Renforcer l’éducation et la sensibilisation à la nutrition 
Parallèlement à ce développement de la distribution, nous nous intéressons aux évolutions de la production de spiruline, de façon à la mettre à disposition du plus grand nombre de personnes.

Quelles sont vos perspectives de changement d’échelle ? 

En appliquant cette nouvelle stratégie de distribution de la spiruline accompagnée du renforcement du discours sur la nutrition, nous avons l’objectif de faire intégrer la spiruline dans les Programmes de Nutrition Nationaux afin d’avoir un impact important sur la santé des enfants. Et, les comportements doivent évoluer, notamment celui des mères.

Cette philosophie s’intègre parfaitement dans l’agenda 2030.

 
Pour aller plus loin : 

Le site de l'association
http://antenna-france.org/ 

Sur Twitter : @AntennaF

Portrait de Denis von der Weid dans la Revue XXI
http://www.revue21.fr/portraits/denis-von-der-weid-couteau-suisse/ 

Vu sur ce blog : Avril 2010 Le social business est-il une utopie ?
http://ong-entreprise.blogspot.fr/2010/04/salon-produrable-le-social-business-est.html 
Fin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire