mardi 23 juin 2009

La technologie met la solidarité à portée de clic



Après 8 ans de management d'équipes commerciales, puis 3 ans chez un operateur en télécommunication, Bruno Humbert a changé de cap et créé sa propre structure en 2001, avec la conviction que le commerce solidaire était promis à un bel avenir. Huit ans après, cette organisation fonctionne toujours et a contribué à reverser plusieurs centaines de milliers d’euros à des associations de toute taille.

Sa dernière initiative, Mailforgood, qui bénéficie déjà d’une bonne notoriété, mixe solidarité et messagerie électronique. Comme les petites rivières forment de beaux fleuves, elle est ouverte aux entreprises et aux particuliers.

Quelle a été la genèse d’Equitel?

Equitel a été créé en 2001 dans l’idée de mixer business et solidarité. Le secteur de la téléphonie fixe était alors peu différencié, avec des tarifs assez similaires auprès d’une clientèle de masse. Un partenariat avec une association pouvait permettre à un opérateur fixe d’améliorer son image, en externe et en interne, et de favoriser la fidélisation, et de générer de l’argent pour les associations. De son côté, une association gagne en visibilité, collecte gratuitement des fonds et acquiert de nouveaux donateurs, avec un reçu fiscal émis automatiquement. Compte tenu de la complexité de lancer un nouvel opérateur fixe solidaire ayant la taille critique, Equitel s’est orienté vers le rapprochement entre ONG et entreprises de services avec un montage de partenariat original et fiable grâce à l’avis donné par le Ministère des Finances à Equitel.

Par exemple, SFR propose deux fois par an à ses clients de convertir les points de fidélité. Les «points carrés rouge» sont donnés en contrepartie de l’ancienneté de la relation au prorata du montant des factures, et servent essentiellement à bénéficier d'options ou services gratuits (minutes gratuites, options ou textos offerts,...). Dans le cadre de l’opération montée par Equitel, ces points peuvent être convertis en don pour une association, que SFR a sélectionné autour de trois thèmes: le handicap, l’égalité des chances et l’enfance. Chaque opération génère entre 150.000 et 200.000 euros. Nous cherchons à mixer de grandes ONG (ACF, Fondation de France) avec des plus petites. Il se révèle que ces dernières reçoivent un bel accueil malgré leur manque de notoriété. Elles bénéficient en fait de la caution de SFR. Equitel, qui n’apparait pas dans l’opération, se porte garant du sérieux des associations. La collecte ainsi générée ne doit pas dépassée 25% du budget de l’association, pour éviter une dépendance. Les ONG sélectionnées doivent également comprendre des salariés et afficher au moins deux ans d’existence. Les donateurs sont informés en cours d’opération du suivi du projet qu’ils ont soutenu.

Quelles sont les évolutions récentes dans le monde non lucratif?


Avec la crise, les bailleurs de fonds ont tendance à limiter leur budget. On assiste à des ruptures de contrat unilatéral de la part d’entreprises ayant pignon sur rue, malgré l’existence de contrats en bon et due forme, souvent établi sur une base triennale. Par ailleurs, les entreprises regardent de plus en plus l’effet de levier, en essayant d’avoir un impact social ou environnemental optimal grâce à leurs dons. Des associations comme Ashoka commence à essayer de calculer l’impact social des actions engagées.

Pourquoi croyez-vous aux emails comme nouveau support d’actions solidaires?


Entre 800 millions et 1 milliard d’email sont envoyés en France chaque jour. Cet outil de travail peut se révéler un excellent vecteur de communication solidaire ou de développement durable. Deux types de publics peuvent être visés par notre nouvelle structure MailForGood: les entreprises en décidant de soutenir une association, en lui versant 1 euro pour 1.000 emails envoyés, fait connaître son action philanthropique, tout en augmentant la notoriété de l’association parrainée. Les premiers à s’être jeté à l’eau sont la société d’étude OpinionWay, qui supporte l’ONG «A chacun son Everest», mais aussi Insudiet et Musique & Music. A partir de septembre, ce sont les salariés qui pourront choisir l’association qu’ils comptent soutenir au sein d’une sélection effectuée par l’entreprise sur nos conseils.

MailForGood va aussi proposer sa plateforme aux particuliers. L’email contient une publicité vantant les mérites du développement durable, comme par exemple la finance éthique ou le tourisme durable. 50% des revenus publicitaires sont reversés à l’association. L’internaute filtre lui-même le type de messages publicitaires qu’il souhaite véhiculer. Un petit logiciel à télécharger permet de compter le nombre de messages envoyés, mais le caractère privé de la correspondance est assuré. Je suis heureux d’avoir pu m’associer dans ce projet à un jeune diplômé, frais émoulu de Polytechnique et d’HEC.

Pour aller plus loin :


Le site de MailForGood, "envoyer, c’est donner"
http://www.mailforgood.com
Le site d’Equitel
http://www.equitel.fr/



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Superbe reconversion professionnelle ! Vive l'économie solidaire !

Anonyme a dit…

Equitel je ne sais pas mais la conversion des points carré rouge de SFR d'un client en don, je trouve ça choquant.
Pourquoi SFR se repose t il sur ses client pour faire des dons?!
J'imagine que SFR n'utilise pas uniquement ce biai mais j'ose espérer que les consommateurs et bénéficières de point de fidélité demande à SFR une rétribution autre et dont ils bénéficieraient directement.
Mailforgood, je m'en vais nourrir ma curiosité de ce pas...

Enregistrer un commentaire