jeudi 26 janvier 2012

Malgré la crise, la Fondation PSA Peugeot Citroën s’attaque aux questions de mobilité





L’année 2011 a été terrible en France sur le plan économique et social. Pourtant, 34 entreprises ont décidé de renforcer leur politique de mécénat en créant une fondation d’entreprise. Ce chiffre est à comparer selon l’Admical à 19 fondations d’entreprise lancées en 2010, 27 en 2009 et 51 en 2008. Le recul des créations de fondations d’entreprise observé depuis 2009 s’explique par la création du statut de fonds de dotation par la loi du 4 août 2008.

Certaines entreprises, ayant créé leurs fondations en 2011, sont déjà connues, comme Canal + pour le Cinéma, Chanel, France Champignon, J.M. Weston, Kiabi, Pizzorno pour l'environnement, Sodebo ou encore Vinci autoroute pour une conduite responsable.

Le secteur de la finance n’est pas en reste : Banque Populaire Occitane, la Carac, Cathay Capital Private Equity "France-Chine Entreprendre", CNP Assurances, Crédit Mutuel de Maine-Anjou et Basse-Normandie, Dexia France et Scor.

Le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën a lui aussi franchi le cap l’an passé.

Hugues Dufour, Délégué Général de la Fondation Peugeot a répondu à nos questions concernant les premiers pas de la Fondation
. Hughes Dufour a été auparavant Directeur Presse et Communication Corporate du groupe PSA.

Quelles ont été vos motivations pour créer une Fondation d’entreprise ?

HD : La Fondation PSA Peugeot Citroën est née le 11 juillet 2011. Elle est présidée par Monsieur Philippe Varin, Président du Directoire de PSA Peugeot Citroën. La famille Peugeot est aussi représentée dans notre Conseil d’Administration par Marie-Hélène Roncoroni qui en est vice-présidente.

La Fondation reprend certains engagements anciens, qui étaient dispersés dans l’ensemble du groupe. Il se trouve que toutes ces initiatives isolées étaient largement ignorées en interne comme en externe. Nous pensons avec la Fondation d’entreprise va nous permettre de mieux faire vivre notre politique de mécénat en fixant des axes d’intervention bien définis. Et avec des moyens financiers élargis et irrévocables. L’enveloppe financière consacrée à la Fondation s’élève à 10 millions d’euros sur 5 ans.

L’idée de ce mécénat bien ordonné est aussi de contribuer à renforcer la politique de responsabilité sociale de l’entreprise tout en garantissant un plus grand professionnalisme.

Intervenez-vous dans votre cœur de métier ?

HD : La mission de la Fondation se concentre logiquement sur la notion de mobilité. Peu de fondations s’intéressent à ce sujet qui est un enjeu de société.

Nous avons défini 4 axes :
  • La mobilité solidaire, comme l’illustre notre soutien apporté au Samu social à Paris, une initiative qui existe depuis plus de 10 ans, et la Croix Rouge à Rennes. La crise financière nous pousse d’ailleurs à développer ce type d’actions.
  • La mobilité liée aux actions d’aide aux handicapés.
  • La mobilité favorisant l’accès à l’éducation et la culture.
  • La mobilité environnementale.
Nous avons déjà validé depuis juillet 53 projets, dont 6 hors France. La moitié des dossiers proviennent de sources internes (salariés, sites de production). Plus d’1 million d’euros ont été débloqués en 2011.

Le travail de sélection prend du temps, car la Fondation a reçu au total 300 projets et en a examiné dans le détail une centaine. Le Comité de sélection se réunit tous les 2 mois en se basant sur plusieurs critères : l’éligibilité (vérification de l’intérêt général), la cohérence avec les objectifs arrêtés par la Fondation, la qualité du projet (qualification du porteur, pérennité, etc.) et éventuellement le parrainage par un salarié, qui constitue un sérieux atout de plus.

Intégrez-vous dans vos projets votre présence à l’international ?

HD : Nous sommes en train de constituer un réseau de correspondants à l’étranger, afin que les projets soutenus reflètent bien la diversification géographique du groupe, qui possède des sites de production en Espagne, au Portugal, en Slovaquie, au Brésil, en Argentine, en Chine, en Russie …

La notion d’intérêt général est le fil rouge qui nous guide pour agir à l’étranger. La fondation se doit d’être active partout où le Groupe est implanté.

La crise économique freine-t-elle votre élan ?

HD : L’action Peugeot a perdu la moitié de sa valeur en 2011 et nul ne sait si 2012 sera une année de reprise. Ce n’est pas un contexte idéal pour le mécénat, aussi la Fondation doit se faire davantage connaître et comprendre des salariés.

La création d’une fondation était à l’étude depuis 2 ans et le lancement de la Fondation s’est effectué en 2011 entre deux crises. Son mérite est d’inscrire l’action de mécénat du groupe PSA dans la durée, alors que le secteur automobile est de nature cyclique.
C’est aussi pour cette raison que de nombreux projets se déroulent à proximité des sites de fabrication, afin que les salariés puissent eux même s’engager comme parrains ou bénévoles et constater leurs impacts.

Avez-vous des projets phare dans les mois à venir?

HD : Parmi les projets en cours, je peux vous citer un partenariat avec une filiale de Planète Finance, Planète ADAM, à qui nous allons donner 150.000 euros sur 3 ans pour monter une structure d’aide à la création d’entreprise dans les banlieues, en l’occurrence à Poissy.

Nous soutenons également un projet baptisé Musée Mobile. Il s’agit d’un camion itinérant qui se rend là où la culture est inaccessible : 15 œuvres de 15 artistes contemporains y sont exposés. Le public visé est celui des écoles primaires, les 7/12 ans. Ce musée est passé à notre usine de Vesoul. Et se trouve maintenant en Afrique, avec le soutien de la Fondation PSA et du groupe Bolloré.


A terme, nous sommes très intéressés par le concept de garage solidaire et d’auto-école sociale qui permettent d’obtenir des tarifs accessibles pour les personnes bénéficiant des minima sociaux Mais aussi par le développement des plateformes de mobilité qui mettent en œuvre des solutions diverses et innovantes de mobilité (covoiturage, location de 2 roues..).

Nous allons également soutenir le CRM de Mulhouse, qui offre la possibilité pour les accidentés de réapprendre à conduire dans des conditions adaptées.

Vos actions sont elles aujourd’hui mieux connues ?

HD : Nous travaillons pour rendre visible notre action notamment vis-à-vis des salariés du Groupe. Nos premières actions seront présentées également aux actionnaires lors de l’AG 2012. Mais, il est trop tôt pour lancer une évaluation complète de nos actions. Nous ne sommes encore qu’au début de la Fondation et comptons déjà 918 fans sur Facebook !

Concernant les porteurs de projets, ils trouveront toutes les informations nécessaires sur notre site Internet.

Liens :

http://www.fondation-psa-peugeot-citroen.org/


La Fondation s'engage pour une mobilité solidaire ...
http://www.psa-peugeot-citroen.com/fr/psa_groupe/rollblog/gabarit_iframe_4.html

Planète ADAM à Lyon. PlaNet Finance, partenaires solidaires en création d’entreprise
http://lyon.naturecapitale.com/2011/06/planet-finance-partenaires-solidaires-en-creation-dentreprise/

http://www.musee-mobile.fr/index.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire